AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aiguilles rouillées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Le Cavalier Sans Tête
Fairy tales are more than true:
Métissage d'un cavalier sans tête et d'un Jack à la mécanique du coeur Somewhere Réparer les aiguilles fébriles, les cadrans branlants, une horlogerie vitale. © : Harry Treadaway modelé par Babine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Aiguilles rouillées   Dim 21 Jan - 23:14



Aiguillées rouillées



Elles perlent. Elles glissent. Elles tachent.

Une odeur de fer dans l’air, des traînées pourpres sur leur passage. Une chevelure blonde, un corps fluet. De grands yeux, un petit nez. La douceur au milieu du chaos. Elle bondit, rebondit. Le Cavalier la tient par la taille, un bras enroulé autour de ses hanches tel un serpent venimeux. Il empeste. Il pue le sang, il pue la Mort. Ses larges paumes aux longs doigts fins sont posées sur le corps fragile de la belle. Il la salit.

Soudain, la monture s’arrête. Elle apparaît aussi vite qu’elle disparaît. Pauvre folle. Pauvre condamnée. Baba Yaga éphémère. Déjà, elle s’est dissipée. Déjà, le Cavalier redevient Jack. Son regard tombe sur ses mains. Deux paumes ensanglantées, deux paumes qui font naître des larmes de terreur dans ses yeux. Et ce petit corps, placé juste devant lui, porte les marques de deux mains vermeilles s’étant posées sur sa peau diaphane. « Je suis terriblement désolé ». Il bredouille.

Le tic-tac incessant a repris. Jack observe la Petite Princesse. Tristement célèbre à ses yeux, elle est une ritournelle coincée dans sa tête. Le Cavalier semble l’apprécier. Elle est la seule dont il ne tranche pas la tête, elle est la seule qu’il emporte avec lui. Et les voilà, à nouveau réunis par la tragédie. « J’ai tué. N’est-ce pas ? ». La réponse est là, sous ses yeux. Ses vêtements dégoulinent de sang.

Soudain, il se rappelle. Le Cavalier la déteste. Son réflexe premier est de l’arracher à mains nues. Jack s’en saisit donc à pleines mains et la visse sur ses épaules. Voilà, sa tête a retrouvé sa place initiale. Un rire nerveux lui échappe. « Petite Princesse, ne m’en veux pas s’il-te-plaît ».
Revenir en haut Aller en bas
 
Aiguilles rouillées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.
» UN REY PARA LA PATAGONIA
» Oxydation et figouz, que faire ???
» Armurerie de Konoha
» [Orques] Les spallières de Darghâsh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
METAMORPHOSIS :: FABLE :: LE MANOIR D'EMERAUDE :: LE JARDIN DE LA REINE-
Sauter vers: